Déjeuner sur bitume

Sur la peinture de Manet, ce qui semble être dévoré au déjeuner, ce sont des corps de fxmmes.
Ce que nous, membres du mouvement queer, ne cessons d’apprendre, c’est que nos corps, même appropriés ou pétris d’oppression, restent nos armes politiques les plus fortes. Nous nous tenons debout et faisons de nos poils et de nos cicatrices, de nos cheveux décolorés et de nos pomettes pailletées, les monuments de notre histoire. Dans nos luttes, nous incarnons, in-corps-orons notre idéal politique. Nous nous réapproprions nos histoire, et avons le droit d’y voir grandir nos futurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *